Notre laboratoire

Nous somme équipé d’une salle blanche ISO5 classe 100. Nous traitons en Salle blanche les cas les plus complexes (panne mécanique) tel que le changement de tète de lecture, moteur etc… Il est impératif d’évoluer dans cet espace pour ne pas contaminer les disques de particules de poussières qui peuvent se loger entre la tète de lecture et les plateaux magnétiques provoquant ainsi des dégâts important pour la récupération des données.

Pourquoi travailler en salle blanche ?

La densité de données extrême des disques durs actuels a entraîné les principaux acteurs du marché de la récupération de données à utiliser des technologies de plus en plus pointues pour assurer une qualité de récupération optimale. En effet, la distance de lévitation entre les têtes de lecture et les plateaux magnétiques est si fine qu’un simple grain de poussière suffit pour endommager définitivement le support, et causer un atterrissage des têtes de lecture. Il est donc nécessaire pour les sociétés comme Sectordisk de travailler dans un environnement protégé des poussières lors d’une intervention sur disque dur ouvert, pour la réparation et la récupération de fichiers endommagés. Une intervention en laboratoire ou en salle blanche est notamment nécessaire lorsque votre matériel est physiquement endommagé.

Classification des salles blanches (normeISO 14644-1)

Une classification des salles blanches a été définie en fonction du nombre de particules par unité de volume. Cette qualification des salles est réalisé à l’aide d’un compteur de particules qui comptabilise le nombre de particules dans un volume donné afin de déterminer la classe de la salle blanche. Les classes ISO vont de 1 à 9. Par exemple, une salle blanche de classe ISO 5 contient au maximum 105 soit 100 000 particules par m³. De plus, selon la définition de la norme internationale ISO 14644-1, les paramètres liés à la température, l’humidité et la pression doivent être maintenus à un niveau précis. Le paramètre le plus important reste, cependant, la quantité de poussière par unité de volume.

 1w